© 2015 - Design by Savelli Design graphique

  • s-facebook

Massage bébé, enfant... SHANTALA

J'ai découvert le magnifique livre Shantala de fréderick Leboyer quand j'ai eu mes filles. Tout ce qu'il disait me parlait et c'est ce qui m'a donné envie de les masser... 25 ans plus tard, j'ai toujours à coeur de promouvoir les effets bénéfiques des massages.

 

Les bienfaits du massage bébé

 

Le massage du nouveau-né est une façon merveilleuse de renforcer les interactions parents-enfant. Il contribue au développement du bébé et favorise la communication, permettant d'être plus à l'écoute de certains signes, à ses ressentis, à ses besoins individuels, à son niveau de développement et à son caractère. Il favorise le lien affectif, car c'est un moment privilégié.
 

.1 Le masseur est assis sur un matelas au sol, les jambes étendues, le bébé reposant dessus sur le dos en face de lui, dans un endroit chauffé et tranquille. On place une protection sous le corps du bébé car il pourrait uriner spontanément. On ne porte pas de bijou qui pourrait érafler la peau. L'huile de massage est une huile au calendula bio de Welleda tiède, mais on peut utiliser de l'huile d'amande douce ou de pépins de raisins. Les huiles essentielles sont proscrites pendant la petite enfance.

Le masseur et l'enfant se regardent les yeux dans les yeux et ce contact est d'une grande importance. Etre attentif, on ne pense qu'à ce qu'on fait, on est là, on parle avec les yeux, avec les mains avec notre coeur et tout notre être.


. 2  On pose les mains sur sa poitrine et on les écarte comme si on voulait mettre les pages d'un livre ouvert bien à plat puis elles vont travailler à tour de rôle. La main droite démarre de l'épaule gauche et descend sur le flanc droit, la main gauche de l'épaule droite vers le flanc gauche comme des vagues fluides , en gardant un rythme lent sans jamais accélérer, plus appuyé à chaque passage, d'une façon naturelle et sans intention. La main par son bord externe, fait glisser le petit doigt dans le cou de l'enfant.


. 3 Les bras : L'enfant est tourné sur le côté droit. La main gauche du masseur saisi la main gauche de l'enfant pour étirer le bras pendant que la main droite empaume l'épaule du bébé et remonter le long du bras, jusqu'à la main puis c'est la main gauche qui vient à l'épaule, l'une après l'autre. Puis les 2 mains ensemble exécutent un mouvement de vissage comme si on voulait essorer le membre en commençant de l'épaule vers le poignet plusieurs fois. On s'attarde sur le poignet. Puis, on va masser la paume de la main d'abord avec les pouces, du talon de la main vers les doigts, puis chaque doigt. Puis on tourne le bébé de l'autre côté pour masser l'autre bras.


. 4  Le ventre : les mains partent de la base de la poitrine et descendent l'une après l'autre vers le bas du ventre. Elles travaillent à plat et se succèdent comme des vagues semblant vider le ventre du bébé. Puis tenant les jambes à la verticale, c'est l'avant-bras  qui continue le même va et vient de haut en bas sur le ventre.


. 5 Les jambes on procède de la même façon que pour les bras en empaumant la cuisse et en remontant le long du membre vers le pied, avec ensuite la même technique d'essorage. On s'attarde à la cheville et le talon, puis on masse la plante du pied, d'abord avec les pouces puis avec toute la paume de la main. Et on passe à l'autre jambe.

 

. 6  Pour masser le dos, on va placer l'enfant à plat ventre en travers des jambes du masseur. Les mains travaillent à plat avec la paume et descendent de l'épaule vers les fesses, puis remontent exécutant un mouvement de va et vient lentement et transversalement.
Puis, seule la main gauche travaillera en appui de la nuque aux fesses perpendiculaire à la colonne, lentement profondément, la main droite empaumant le fessier et s'opposant à la poussée pour travailler ensemble en parfaite harmonie. Puis elle prendra les pieds de l'enfant pour maintenir les jambes allongées pendant que la main gauche descendra jusqu'aux pieds glissant toujours tranquillement de la nuque vers les talons plusieurs fois.


.7  Le visage : l'enfant est remis sur le dos comme au début et du bout des doigts on va masser le front. Les doigts partent du milieu du front vers les côtés puis progressivement descendent sur les tempes, puis contournent les yeux et redescendent le long des joues . Les pouces font ensuite un mouvement de va et vient de part et d'autre de la racine du nez vers le front puis vers les joues.


.8  Le massage se terminera en croisant les bras de l'enfant sur sa poitrine (libération de la cage thoracique et de la respiration haute) puis en amenant la jambe gauche vers l'épaule droite et la jambe droite vers l'épaule gauche (libération des tensions sur l'ensemble de la colonne) . Enfin, en croisant ses jambes sur son ventre, telle la position du lotus (ouverture et relaxation du bassin).

 
. 9  Doigté, sensibilité tout en alliant légèreté et fermeté, ces trois dernières postures font disparaitre les tensions musculaires qui pouvaient subsister. Le bain qui suivra aidera à dissoudre les dernières tensions pour un bien être maximum. L’enfant sera posé délicatement dans une eau à 37C, simplement le soutenir pour que l’eau finisse le travail. Il est essentiel que les mains du masseur soient détendues et ses épaules libres de toute tension. Le bébé est un miroir, il vous renvoie votre image, l’image de votre liberté… Ou de vos tensions...


. 10  A la maison on instaurera 10 à 15 minutes par jour à son massage avec du plaisir. Mais, Il vaut mieux un ou deux bon massages une fois par semaine dans une continuité, que plusieurs dans le stress dû à la vie quotidienne que le bébé pourra ressentir comme une contrainte et non une joie de la part de sa mère ou de son père. Mais l’enfant de lui-même peut aussi dire stop à un moment donné comme s’il commençait à trouver sa force de lui-même… 

Déroulement du massage SHANTALA

Le sens du toucher (Rolande Duboisset infirmière et formatrice)

 

Dès la vie intra-utérine, le fœtus est bercé de sensations tactiles par les mouvements du liquide amniotique et par des pressions de son corps contre la paroi de l’utérus qui lui sert d’enveloppe contenant. A la naissance, le nourrisson est dépouillé de ces sensations ; il a besoin d’être rassuré par le contact avec le corps de sa mère qui lui procure de la chaleur; dans le bercement et les caresses qui lui apportent un sentiment de sécurité. Ainsi de la naissance et pendant toute la vie, l’enfant ressent le besoin d’être touché et il recherche d’une façon ou d’une autre la satisfaction de cette nécessité élémentaire, aussi indispensable que de se nourrir, se vêtir et dormir. Ces souvenirs d’enfance relationnels détermineront le nombre et l’intensité de ses désirs ou de ses rejets et de ses choix : choix de personnes, choix de parfums, attirance et répulsion à son insu. Le contact au monde se vit au niveau de la peau : elle a un rôle d’enveloppe qui sépare le dedans du dehors et le dehors du dedans : elle est la première à ressentir l’amour maternel et elle gardera toujours la mémoire de ce premier contact. Cette mémoire ne disparaîtra jamais.

 

Nos organes sensoriels (la vue, l’odorat, le toucher) ont une grande mémoire sur le bon ou le mauvais. Ils jouent un rôle involontaire et inconscient, d'autant que le cerveau émotionnel d'un enfant n'est pas mature avant 4 voire 6 ans...  Tout ce qui se fait lors de cette période a une importance sur la personnalité; il s’agit d’une période d’apprentissage qui va laisser des traces mnésiques au niveau de la peau, des muscles, du système émotionnel. Au cours de cette étape, l’absence de sensations agréables, de plaisir physique est très souvent à l’origine de comportements pathologiques ultérieurs : la peau est le témoin d’une histoire. Cela est tellement vrai qu’on a constaté que les bébés privés très tôt ou ayant eu de mauvais contacts manifestent plus tard dans leur vie adulte d’importantes perturbations : des comportements pathologiques (agressivité, violence, repli sur soi, dépression, bi polarité, troubles de l’humeur…)

 

Dans les pays qui ont conservé le sens profond de choses, les femmes savent encore tout cela. Elles ont appris de leurs mères, elles enseignent à leurs filles cet art profond, simple et très ancien, qui aide l'enfant à accepter le monde et le fait sourire à la vie. Les consciences dans nos pays commencent à peine à s'ouvrir vers l'éducation bienveillante et le massage fait partie intégrante de cette éducation vers la paix intérieure.

 

 

 

 

 

Il est très relaxant et régularise le sommeil. Le bébé apprend ainsi à se détendre et à dormir profondément. Il contribue à une bonne digestion et peut soulager les gaz ou les coliques.

 

Il est stimulant. Les caresses stimulent les muscles,  la circulation sanguine et nourrit la peau

On peut commencer à masser un nourrisson dès 1 mois.  Un massage approprié fait du bien aux enfants prématurés. Des recherches ont montré qu’il existe un lien entre le massage et la prise de poids par les prématurés.

 

Le meilleur moment pour masser un bébé, est quand il est détendu, qu’il a les yeux ouverts et qu’il cherche des contacts visuels. On le massera doucement, en lui parlant d’un ton très doux , en chantant ou en jouant avec ses mots , ses mimiques , en l'écoutant nous répondre, pour l’aider à se détendre.

 

Chaque enfant est unique et il est important de l'entendre et ne jamais rien forcer que ce soit, pendant ou avant la fin du massage... quitte à arrêter et reprendre à un moment plus opportun ; Je conseille au moins 3 séances pour écouter  et sentir les réactions du bébé face à cette nouvelle manière de le toucher. Puis intégrer les mouvements du massage dans cet état d’être.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now